Patients religieux : Comment intervenir ?

Conseil de l’ordre des médecins en Haute-Garonne a publié un guide mettant en avant la méthode d’intervention avec les patients religieux. Dénommé ‘Soins et laïcité au quotidien’, ce guide sera mis à disposition de 13 000 praticiens en Midi-Pyrénées.

D’après le président du conseil, il s’agit d’un outil de travail favorisant les rapports entre patients et médecins. Ce guide a été réalisé à la suite d’un accouchement en 2012. Une patiente était voilée, son mari n’autorisait pas qu’on la soigne et il ne cessait de donner des ordres aux praticiens. À cette même époque, un patient ne voulait pas se faire soigner par un médecin femme. Il a fallu attendre la prise en charge d’un médecin homme, mais il était trop tard et le patient était décédé.

Selon le Dr. Thévenot, gynécologue obstétricien, il faut privilégier le dialogue afin de faire face à ce genre de situation.

 

Une initiative salutaire

La rédaction du livre ‘Soins et laïcité au quotidien’ s’est faite par la participation de médecins, juristes et représentants de culte et d’institutions. Il s’agit d’une initiative salutaire, affirme un soignant. Chaque praticien doit avoir certaines notions en laïcité et doit trouver les mots justes pour convaincre le patient du fait qu’il ne peut pas tout demander à cause de sa foi. En cas de situation complexe, à l’image d’un don d’organes, le médecin peut demander l’assistance d’aumôniers.

 

Associer soin et laïcité

Ce livre indique le principe de la laïcité, la charte de la laïcité, le rôle des aumôniers, les conditions de conscience des médecins et d’autres conseils qui se réfèrent à des situations qui peuvent se produire :

  • Circoncision : aucune loi interdit ou autorise la circoncision.
  • Excision : c’est une pratique interdite dans l’Hexagone et peut être signalé par un praticien.
  • IVG : la loi autorise une femme enceinte à procéder à l’IVG. Mais certains cultes peuvent l’interdire.
  • Contraception : la contraception peut être interdite, autorisée librement ou sous contraintes selon la religion.
  • Don d’organes post-mortem : la loi et plusieurs religions autorisent le don d’organe.
  • Prier dans les établissements de soins : Les pratiques religieuses sont à ajuster selon la situation.

Refuser un soignant : un patient peut refuser de se faire soigner par un médecin après que celui-ci lui ait indiqué les conséquences de son choix.

Laisser un commentaire