Réussite d’une transplantation de cœur après un arrêt cardiaque

Une innovation donne beaucoup d’espoirs dans le secteur médical. En Angleterre, les chercheurs sont arrivés à greffer le cœur d’un patient qui était dans un état d’arrêt cardiaque. Grâce à cette réussite, les chercheurs envisagent d’étendre cette pratique n’importe où dans le monde.

Lors d’une mort cérébrale, il est impossible d’utiliser le cœur dans une greffe. Mis à part le cerveau, les organes fonctionnent encore pendant un certain temps. Le cœur est gardé intact dans une solution refroidissante, mais il faut réaliser rapidement la greffe.

Des donneurs potentiels et des délais plus longs

Grâce à un nouveau procédé déjà testé en Australie et en Angleterre, il est désormais possible d’utiliser le cœur d’un donneur qui est déjà à l’arrêt. Selon le cardiologue Olivier Van Caenegem, le cœur doit obligatoirement être perfusé avec le sang du donneur pour pouvoir être utilisé. Avec cette méthode, le temps de conservation du cœur va être rallongé jusqu’à 10 h environ.

Augmentation de la greffe de cœur

Olivier Van Caenegem estime qu’avec ce nouveau procédé scientifique, le nombre de la transplantation cardiaque en Belgique pourrait augmenter de 20%. Marcel Mirlon, qui a un cœur greffé, espère que cette nouvelle méthode réussisse, car elle pourrait permettre d’augmenter le nombre de donneurs.

Toutefois, le problème actuel se situe dans l’inexistence des équipements adaptés à ce genre d’opération dans les hôpitaux. L’achat de ces équipements et leur utilisation sont encore très chers : le matériel coûte 100 000 euros et 35 000 euros sont nécessaires à chaque utilisation.

Laisser un commentaire