Médecine : Exploitation des internes

Dans ‘Envoyé spécial’ du 26 mars, Hervé Ghesquière a enquêté sur la situation des internes qui exercent dans l’hexagone.

Hervé Ghesquière a interrogé le Jacques Giron, l’unique docteur à oser divulguer les circonstances dans lesquelles exercent les apprentis médecins. Ce médecin aguerri a affirmé que les internes sont obligés de travailler au-delà des 60 heures par semaine et de réaliser toutes les tâches qu’on leur incombe, même les plus désagréables.

Des travailleurs soumis

Ayant été lui-même un interne, le docteur Giron explique que l’interne est contraint d’effectuer toutes les salles besognes, de faire des heures supplémentaires en plus de ses heures d’études. Les apprentis médecins sont obligés d’exécuter les tâches que les médecins confirmés ne veulent pas faire. Ils sont considérés comme des travailleurs soumis.

Dans un hôpital, les internes sont les moins rémunérés, car leur salaire ne dépasse pas 2 300 euros par mois. Malgré des heures de travail atteignant plus de 72 heures par semaine, cette rémunération n’arrive pas à couvrir les effets négatifs qu’une telle condition peut provoquer : stress, fatigue…

Les hôpitaux publics doivent désormais s’accommoder aux législations européennes. Aujourd’hui, les horaires de travail des internes n’excèdent pas 48 heures par semaine. Le reportage diffusé sur Twitter a intéressé beaucoup de monde. Nombreux sont ceux qui ont eu le courage de témoigner de leur situation afin d’apaiser les tensions.

Laisser un commentaire