La médecine de précision se développe à l’Institut Curie

Parce que les traitements classiques ne conviennent pas à certains patients atteints du cancer, la médecine de précision se développe, laissant la place aux traitements dits ciblés, plus adaptés aux sujets concernés. A l’Institut Curie, les réunions de concertation pluridisciplinaires se multiplient en vue de meilleures thérapies.

Les Réunions de concertation pluridisciplinaire en vue de développer la médecine de précision

Les personnes qui sont atteintes d’un cancer métastasé sont particulièrement concernées. Toutefois, la médecine de précision s’applique à tous les cas de cancer. Son but est ainsi de proposer à ces sujets des thérapies ciblées, et donc plus appropriées à leur cas. Afin de déterminer les traitements les mieux adaptés, les RCP ou réunions de concertation pluridisciplinaires sont établies spécialement à l’Institut Curie. Des réunions centrées sur 4 à 5 cas, et qui ont pour but de déterminer les éventuelles anomalies moléculaires éligibles pour une thérapie de précision.

Médecine de précision : tout le staff de la biologie moléculaire concerné

Une réunion de concertation pluridisciplinaire réunit par ailleurs tout le staff de la biologie moléculaire, principalement les bio informaticiens et les biologistes, dont dépendent les décisions thérapeutiques. Une équipe où chacun joue un rôle à part entière et essentiel dans l’efficacité de la médecine de précision, laquelle doit en effet reposer sur une bonne organisation. Avant que les décisions soient prises, toutes les données entre les mains des spécialistes impliqués doivent être prises en compte et reliées. Biopsie, analyses moléculaires, croisement des données cliniques, biologiques et génétiques doivent mener ensemble au bon traitement ciblé.

Les RCP se déroulent en deux phases

Sont concernés par la médecine de précision toutes les personnes atteintes d’un cancer métastatique ou rare, ou encore en récidive. Celles-ci peuvent se présenter candidates à une RCP, sous l’autorisation de leur oncologue. Une première étape qui vise alors à évaluer la pertinence d’une recherche d’anomalies moléculaires éligibles dans leur situation. Le cas échéant, une autre RCP permet de déterminer si le sujet concerné est éligible à un essai clinique.

Laisser un commentaire