Jeunes médecins contre le tiers payant : encore un mauvais combat ?

Du côté des jeunes médecins généralistes, l’année débute avec une grève, d’emblée jugée de mauvais combat. Si le Syndicat national des jeunes médecins généralistes ou SNJMG se bat cette fois contre le tiers payant, leur cause ne serait toujours pas la bonne.

Le tiers payant déjà en vigueur quasiment dans toute l’Union européenne

Début d’année. Les jeunes médecins généralistes entament une grève contre le tiers payant. Un revendication soudaine et qui n’aurait pas de sens, comme cela semble souvent le cas lorsque le corps des médecins lance un conflit. En effet, pas plus tard que l’an passé, le principal Syndicat national des médecins généralistes MG France vantait encore les avantages de l’extension du tiers payant. De surcroît, ce nouveau combat qu’ils mènent s’avère vain, du moins il s’agit d’un mauvais combat, en raison de l’application courante du tiers payant dans la plupart des pays membres de l’UE. 24 sur ces 28 pays utilisent déjà ce système qui notamment évite l’avance du prix de consultation.

Le tiers payant, un système qui facilite l’accès au soin

Si la principale revendication des médecins généralistes en ce début d’année suscite l’incompréhension, les bienfaits du tiers payant eux sont reconnus. Selon une enquête, ce système encourage l’accès au soin. L’avance du montant de consultation pour sa part pousse 24% des personnes sondées et ayant un revenu inférieur à 1400 euros par mois à renoncer à une consultation.

Pourquoi donc militer contre le tiers payant ?

L’une des raisons principales poussant les médecins généralistes à faire la grève contre le tiers payant est que ce système pourrait en fait entraîner également une surconsommation. Pourtant, force est de constater qu’aucun changement de ce genre n’a encore été remarqué dans les autres pays appliquant ce système. De plus, les médecins manifestant souhaiteraient au moins que l’assurance maladie se charge de les payer, leur remboursement pouvant ensuite être assuré par les mutuelles. Cependant, le malaise actuel à l’origine de leur mouvement réside aussi au niveau de l’opacité des liens entre la médecine générale et le reste des nouveaux systèmes de santé.

Laisser un commentaire