Euthanasie : condamné à perpétuité, un violeur récidiviste finalement interné

Originaire de la Belgique, Frank Van Den Bleeken est un violeur récidiviste, en outre auteur d’un meurtre. Condamné à perpétuité, il souhaite l’euthanasie programmée aussi connue sous suicide assisté. Surprise à quelques jours de l’exécution volontaire : à la place, l’accusé sera interné.

Des soins adaptés plutôt qu’une exécution finalement fixée pour le violeur récidiviste

Les antagonistes espéraient peut-être qu’il paie à travers son euthanasie, prévue et confirmée par le ministère fédéral de la Justice. Cependant, cinq jours avant le jour fixé pour la programmation du suicide assisté de Frank Van Den Bleeken, la surprise est à son comble. Le violeur récidiviste et meurtrier belge condamné à perpétuité sera finalement interné. Plus d’euthanasie qui vaille, alors que celle-ci est souhaitée par le détenu lui-même. Cette décision a été prise par ses médecins traitants, qui ont prévu au dernier moment de le transférer au centre psychiatrique légal de Gand. Selon leurs dires, à la place de son suicide programmé, le prisonnier de 51 ans bénéficiera de « soins adaptés ». La sentence devait avoir lieu dans l’aile médicale de la prison de Bruges.

Cas Van den Bleeken : la décision des médecins protégée par le secret médical

La raison de la décision de dernière minute pour ainsi dire des médecins traitants de Frank Van Den Bleeken est protégée par le secret médical. Les motifs de l’annulation de son euthanasie ne seront donc pas connus. Pour sa part, le condamné ne souhaite pas recouvrer la liberté. Si ses médecins estiment qu’il peut alors recevoir des soins appropriés, le violeur récidiviste s’estime dangereux pour la société et inapte à contrôler ses pulsions. Un doute particulier demeure : Frank Van Den Bleeken avait déjà sollicité d’être interné aux Pays-Bas. Requête rejetée par la justice belge. Le fait est que le suicide assisté est accordé à un patient jugé capable de discernement et conscient notamment. Le prisonnier concerné par cette affaire ne répondrait-il pas finalement à ces critères pour que la mort programmée lui soit admise ?

Laisser un commentaire