645 étudiants pour la Fac de médecine, pharmacie et d’odontologie

La liste des nouveaux bacheliers qui peuvent s’orienter dans la Faculté de médecine, pharmacologie et d’odontologie sera arrêtée à 645 étudiants. 1 100 apprentis, voilà qui aurait particulièrement engendré une dégradation de la qualité de formation selon les syndicalistes.

Etudiants en médecine : les risques d’un quota surélevé

La liste des étudiants que la Faculté de médecine, pharmacie et d’odontologie de Dakar sera finalement arrêtée à 645 étudiants. Un nombre de 1 100 apprentis avait été adjugé, créant alors de vives réactions de la part des syndicalistes du département. Pour cause, selon ces derniers, un tel excédent du nombre d’étudiants en médecine ne saurait qu’engendrer des dysfonctionnements internes au sein de la faculté et causer de plus une dégradation de la qualité de leur formation. En effet, qui dit médecine dit théorie et pratique étroitement liées. Et 1 100 apprentis, cela revient à plus d’infrastructures pour la pratique notamment. Offre à laquelle le pays ne peut alors pas répondre selon les syndicalistes.

122 bacheliers finalement rejetés de la Fac de médecine de Dakar

Au total donc, ils sont 122 bacheliers à avoir été définitivement supprimés de la liste des étudiants pouvant s’orienter vers la Faculté de médecine de Dakar. Sur les 133 restants, 159, ayant payé leurs droits d’inscription, pourraient tout de même avoir une possibilité de suivre la filière, tandis que les 174 autres seront dirigés vers la filière pharmacie. Cependant, afin de mieux gérer la situation et permettre malgré tout aux bacheliers les plus déterminés de suivre une formation de qualité, une solution est proposée suite à l’entretien entre le Rectorat, la Faculté concernée, les responsables des Institutions publiques d’enseignement en sciences de la santé et l’Ecole de Médecine Saint-Christopher Iba Mar Diop de l’Université El Hadji Ibrahima Niasse. Cette dernière accueillera les 333 étudiants réorientés. Néanmoins, cette école privée, reconnue par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) assure une formation basée sur le même programme appliqué dans les établissements de médecine publiques.

Laisser un commentaire